Menu

"Decreto flussi " permet aux étrangers d'entrer légalement en Italie

Le decreto flussi est une loi gouvernementale italienne qui établit combien de personnes peuvent entrer en Italie pour travailler des pays non-Européens.

Plus précisément, le decreto flussi indique le nombre de citoyens non-Européens qui peuvent entrer en Italie pour le lavoro stagionale (travail saisonnier), lavoro subordinato non stagionale (travail salarié non- saisonnier) et lavoro autonomo (travail indépendant) et les exigences nécessaires.

Outre le nombre de citoyens non-Européens qui peuvent entrer en Italie pour des raisons professionnelles, le décret indique également le nombre de personnes qui peuvent convertir leur permesso di soggiorno (par exemple permesso di soggiorno per studio) en permesso di soggiorno per lavoro subordinato o autonomo.

C’est un decreto annuel, c’est-à-dire que chaque année, le gouvernement décide du nombre de personnes qui peuvent entrer en Italie pour travailler la même année. Par conséquent, un nouveau decreto flussi sort chaque année.

Decreto flussi 2022

Le decreto flussi 2022 (approuvé par le gouvernement à Décembre 2021) établit qu’un total de 69.700 personnes peuvent entrer en Italie pour des raisons professionnelles réparties comme suit:

  Lavoro stagionale (donc pour un emploi qui n’a lieu que pendant une période de l’année): 42.000 personnes des pays suivants: Albanie, Algérie, Bangladesh, Bosnie-Herzégovine, Corée (République de Corée), Côte d’Ivoire, Egypte, El Salvador , Ethiopie, Philippines, Gambie, Ghana, Japon, Inde, Kosovo, Mali, Maroc, Maurice, Moldavie, Monténégro, Niger, Nigéria, Pakistan, République de Macédoine du Nord, Sénégal, Serbie, Sri Lanka, Soudan, Tunisie, Ukraine de lequel

  •         14.000 pour les travaux agricoles saisonniers. Les requêtes  peuvent être déposées par les employeurs par ces associations: Cia, Coldiretti, Confagricoltura, Copagr, Alleanza delle Cooperative (comprenant Lega Cooperative et Confcooperative).
  •         1.000 pour un lavoro stagionale pluriennale (c’est-à-dire qu’avec une seule autorisation, le travailleur a le droit d’entrer en Italie pour un lavoro stagionale pendant un maximum de 3 ans).

    Lavoro non stagionale e autonomo (donc pour des emplois de durée plus longue que le lavoro stagionale) dans les secteurs du transport routier (exemple: conduite de camions), construction et tourisme (exemple: maître d’hôtel): 27.700 personnes, dont:
       

  • 17.000 personnes d’Albanie, d’Algérie, du Bangladesh, de Bosnie-Herzégovine, de Corée (République de Corée), de Côte d’Ivoire, d’Egypte, d’El Salvador, d’Ethiopie, des Philippines, de Gambie, du Ghana, du Japon, d’Inde, du Kosovo, du Mali, du Maroc, de Maurice , Moldavie, Monténégro, Niger, Nigéria, Pakistan, République de Macédoine du Nord, Sénégal, Serbie, Sri Lanka, Soudan, Tunisie, Ukraine.
  •         3.000 personnes originaires de pays tiers avec qui l’Italie signera des accords de coopération au cours de l’année 2022.
  •         100 personnes qui ont suivi des programmes de formation et d’éducation à l’étranger approuvés par le Ministère du travail et de l’éducation
  •         100 personnes qui viennent du Venezuela et sont d’origine italienne pour au moins une partie de la famille.
  •         500 personnes pour le lavoro autonomo, c’est-à-dire entrepreneurs, pigistes, artistes célèbres, créateurs de start-up.
  •         7.000 personnes devant convertir un autre type de permesso en un permesso per lavoro dont: 4.040 titulaires d’un permesso di soggiorno per lavoro stagionale à convertir en permesso di soggiorno per lavoro subordinato non stagionale; 2.000 personnes titulaires d’un permesso di soggiorno per studio, formazione professionale ou tirocinio à convertir en permesso di soggiorno per lavoro subordinato; 370 quotas pour les personnes titulaires d’un permesso di soggiorno per studio, formazione professionale ou tirocinio à convertir en permesso di soggiorno per lavoro autonomo; 200 personnes titulaires d’une carte de résident de longue durée UE délivré par un autre État membre de l’UE à convertir en permesso di soggiorno per lavoro subordinato; 30 personnes titulaires d’une carte de résident de longue durée UE délivré par un autre État membre de l’UE à convertir en permesso di soggiorno per lavoro autonomo.

 

share