Menu

Harak Tounes dénonce la partialité policière

Le parti Harak Tounes al-Irada a accusé les autorités sécuritaires "d'avoir fait preuve de partialité, à l'égard des opposants et des partisans du ''coup d'Etat", en facilitant, hier dimanche, les mouvements des partisans du président de la République, alors que des restrictions flagrantes" ont été imposées à ses opposants qui voulaient rejoindre un rassemblement de protestation qui devait avoir lieu le 26 septembre", selon le mouvement.

Le parti à précisé, dans une déclaration, que le meeting, prévu, dimanche, à Boumhal dans le gouvernorat de Ben Arous, à l'initiative de la campagne "Citoyens contre le coup d'Etat", a été interdit, dénonçant des "pratiques abusives et liberticides".
Rappelons qu'une imposante manifestation a eu lieu dimanche à Tunis et dans les régions pour soutenir les mesures annoncées par le président Kais Saied.
Par ailleurs, Harak Tounes a tenu, le président de la République pour responsable "des dépassements commis en cette étape, marquée par la prévalence d'un pouvoir unique".
Il a, par ailleurs, condamné l'arrestation du journaliste Amer Ayed et du député Abdellatif Aloui, estimant que "les autorités persistent dans la voie de la violation des libertés".
Le parti a appelé les Tunisiens à la vigilance, à la défense pacifique des acquis de la Révolution et à la lutte contre le ''coup d'Etat''.