Menu

Ennhadha s'accroche encore à l’ARP

Le bloc Ennahdha à l'Assemblée des représentants du peuple, dont les activités sont suspendues depuis plus de deux mois, a appelé à une réunion du bureau du Parlement pour prendre les mesures qui s'imposent, en vue d'une reprise des activités de l'institution parlementaire, conformément aux dispositions de la Constitution.

Dans une déclaration, rendue publique, ce mercredi, le bloc d'Ennahdha (52 élus sur un total de 217), réunie aujourd'hui, pour examiner les développements sur la scène nationale, notamment le décret présidentiel n°2021-117 relatif aux mesures exceptionnelles, a appelé toutes les forces vives de la nation à l'unité et à la défense du choix démocratique pluraliste.

Le groupe parlementaire a, également, invité les autres blocs parlementaires et les personnalités nationales à dépasser les différends et à protéger les valeurs de la République et de la démocratie.

Pour le bloc d'Ennahdha au Parlement, le décret présidentiel n°2021-117 relatif aux mesures exceptionnelles, publié au JORT, est une "réelle suspension de la Constitution de 2014", "un coup d'Etat entier contre la légitimité et un pas sur la voie de la mise en place d'un régime oppressif".

Dans un communiqué rendu public, la semaine dernière, le groupe avait déjà déclaré rejeter toute concentration des pouvoirs par le chef de l'Etat, en allusion à l'exécutif, le législatif et le judiciaire, dénonçant la suppression de certaines instances politiques et de contrôle.

Le bloc parlementaire a cité, à titre d'exemple, le gel des activités du Parlement, la suppression de l'instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des lois et de l'Instance nationale de lutte contre la corruption.

"Le président Kais Saïed a pris en main tous les pouvoirs", s'indigne le bloc parlementaire, dans le même communiqué.

Top Matin

02:00 - 06:00