Menu

Ghariani : La création d'emplois, seule solution à la crise (Vidéos)

Khalil Ghariani, membre du bureau exécutif de l’UTICA, était l’invité de Midi Show de ce vendredi 24 septembre 2021, pour parler des dernières dispositions exceptionnelles prises par le président de la République et de leur impact sur la situation économique.

L'UTICA est en période de réflexion après les dix dernières années

"L'absence de l'UTICA de la scène médiatique ne veut pas dire qu'elle n'est pas concernée par ce qui se passe en Tunisie, notamment après le 25 juillet. On passe par une période de réflexion, après les dix dernières années difficiles que le pays a traversées", a fait savoir Ghariani, précisant qu'il ne faut pas donner son avis immédiatement, quand il s'agit de questions politiques.

Et d'ajouter que l'UTICA a réagi à la demande du président de la République, relative à la baisse des prix de quelques produits alimentaires et elle n'est donc pas absente, comme le prétendent certains, selon ses dires.

"On est toujours prêt à collaborer avec le président de la République, tant que c'est pour le bien pour la Tunisie et pour le peuple tunisien", a précisé l'invité de Midi Show.

L'interdiction de voyage ne concerne pas que les hommes d'affaires...

L'invité de Mosaïque est revenu sur la décision de l'interdiction de voyage dont les hommes d'affaires en ont fait l'objet. Il a, dans ce sens, déclaré que cette mesure concerne plusieurs personnes et les hommes d'affaires se demandant, précisément, pourquoi l'attention a été portée uniquement sur ses eux.

"On n'a pas de problèmes avec cette mesure, mais on veut qu'elle soit précise pour ne pas perturber les intérêts des personnes concernées", a-t-il souligné.

Le chef du gouvernement ne doit pas être, obligatoirement, économiste

"Le chef du gouvernement doit avoir une vision déterminée, une approche claire et des objectifs bien précis", a affirmé, le membre du bureau exécutif de l'UTICA, précisant que le fait qu'il soit ou pas économiste de formation n'est qu'un détail.

Et d'ajouter que le droit au travail, la liberté d'initiative et de propriété doivent être mis en œuvre, soulignant que rien ne doit empêcher personne de travailler, quelle qu'en soit la nature.

Par ailleurs, Ghariani a estimé que le rôle sociétal de l'Etat n'est pas clair aujourd'hui, précisant que la solution pour pouvoir faire sortir le pays de la crise, consiste en la création d'emplois.

Laameri Dorsaf