Menu

Mustapha Ben Ahmed: Ennahdha a poussé Mechichi à l'erreur (Vidéos)

Mustapha Ben Ahmed, président du bloc parlementaire de Tahya Tounes, a assuré ce jeudi, lors de son passage dans Midi Show, que son parti soutient encore le gouvernement, tout en le critiquant.

"Le gouvernement Mechichi est bloqué pour des raisons multiples. Une mauvaise estimation de la situation fait partie des erreurs du chef du gouvernement. Nous proposons de rectifier le tir non pas par la démission de Mechichi qui ouvre la voie à un chantier gigantesque, mais par un compromis avec le président de la République en conaissant ses objections. L’accord est l’unique solution pour dépasser la crise et mettre en place un gouvernement engagé à respecter son programme pendant au moins un an. Les organisations nationales doivent aussi annoncer une trêve pour permettre des réformes". 

Ben Ahmed a estimé que le président de la République ne peut pas imposer la démission du chef du gouvernement. "La situation est critique et les ambassadeurs qui rencontrent les grands responsables de l’Etat le font savoir. C’est logique qu’ils agissent de la sorte car ils ont des intérêts à défendre en Tunisie. Or, nous avons montré une incapacité de trouver des solutions. La marge d’action est très limitée pour inverser la vapeur.  Face au blocage, les dégâts sont considérables et palpables chaque jour. Certains politiques sont dans l’indifférence totale et d’autres ne dorment pas la nuit à la recherche d'une sortie de ce marasme".

Dans un autre contexte, le président du bloc parlementaire de Tahya Tounes a considéré que Rached Ghannouchi est un élément de tension au Parlement et que sa position a augmenté les difficultés.  "Il y a une centaine de signature sur la motion de censure contre le président de l’ARP. Les problèmes tournent autour de lui. Entre temps, Ennahdha a décidé de sortir à la rue et ce soit augmentera davantage  les tensions, au moment ou ce mouvement est en train de vivre une phase de divisions internes. C’est ce même parti qui a poussé Mechichi à l'erreur, en optant pour un remaniement ministériel dans le contexte actuel.