Menu

Attaque cybernétique sur la BCT: La lecture d'un expert

Helmi Raïes, expert en sécurité informatique, a indiqué dans une interview accordée à Mosaïque FM, que la cyberattaque qui a ciblé la Banque centrale de Tunisie a provoqué une perturbation d’un nombre de services mais les machines affectées ont eu recours à leurs back-up pour restaurer leurs services.

Cependant, parmi les serveurs listés par les hackers, certains sont liés à des activités monétiques, ce qui nécessite plus d’éclaircissements de la part de la BCT sur la portée de cette attaque cybernétique, d’autant que son communiqué indique que seul le front-office du site a été touché.

Helmi Raïes a souligné que l’équipe d’ingénieurs de la BCT a réussi rapidement à récupérer les machines piratées.

Selon lui, cette cyberattaque doit amener les responsables à tirer la sonnette d’alarme sur le niveau de sécurité informatique des sociétés et des organismes tunisiens qui n’accordent pas à cette question l’importance qu’elle mérite. Il a ajouté que d’après les données, rendues publiques par les pirates, plusieurs machines de la Banque centrale de Tunisie tournent encore sous des systèmes d’exploitation obsolètes, comme Windows 7 et Windows XP.

L'expert a, par ailleurs, déclaré qu’il s’attendait à une cyberattaque contre le site de la consultation nationale, mais les annonces officielles sur les prétendues 124 mille tentatives de piratage de la plateforme restent à vérifier.
   
Il a, également, indiqué que la Tunisie n’a pas un plan d’action clair pour "forcer" les sociétés locales, notamment celles qui offrent des services vitaux, à améliorer leur niveau de sécurité et à prendre au sérieux le risque d’attaques cybernétiques.