Menu

Drame à Melilla: 23 Subsahariens paient de leur vie le rêve migratoire

Vingt-trois migrants ont péri lors de la tentative de passage en force de près de 2.000 clandestins d'origine subsaharienne, vendredi, dans l'enclave espagnole de Melilla, au nord du Maroc, selon un bilan actualisé publié, samedi soir, par les autorités locales marocaines.

"C'était la guerre. Nous avions des pierres pour nous battre avec les militaires marocains qui nous ont frappés à coup de bâtons", témoigne un Soudanais de 20 ans à qui l'AFP a pu parler samedi dans un centre de rétention à Melilla.

Un autre migrant, détenu dans le même centre, raconte qu'il a grimpé sur la clôture grillagée qui sépare la ville marocaine de Nador de l'enclave espagnole avant qu'un agent sécuritaire ne lui frappe les mains: "Je suis tombé inconscient côté espagnol où j'ai été roué de coups par les forces de l'ordre".

Ces deux jeunes faisaient partie de près de 2.000 migrants originaires d'Afrique subsaharienne qui ont tenté de pénétrer par la force vendredi matin dans la cité autonome espagnole de Melilla, située en territoire marocain.

Au moins 23 migrants ont péri et 140 policiers ont été blessés, selon les autorités locales marocaines. C'est le bilan le plus meurtrier jamais enregistré lors des nombreuses tentatives de migrants subsahariens de pénétrer à Melilla et dans l'enclave espagnole voisine de Ceuta, qui constituent les seules frontières terrestres de l'UE avec le continent africain.

(AFP)