Menu

Bouasker: Le conseil de l'ISIE n'a adopté aucun calendrier électoral

Le président de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) Farouk Bouasker a indiqué mercredi que le conseil de l'instance n'a adopté aucun calendrier électoral pour l'organisation du référendum du 25 juillet prochain.

La campagne pour l'inscription des électeurs n'a pas encore démarré, a-t-il également précisé au début de la deuxième réunion du conseil de l'instance tenue ce mercredi.
Et d'ajouter que l'adoption d'un calendrier électoral doit être assortie d'une décision réglementaire publiée au Journal officiel de la République tunisienne (JORT) et comportant des délais bien précis dont notamment le délai d'inscription. "Ce qui n'a pas été encore fait", a-t-il assuré.

Selon lui, la proposition de calendrier électoral qu'avait présenté la direction technique au conseil de l'instance lors de sa réunion précédente en vertu de l'actuelle loi électorale, "est encore au stade de projet".

Pour ce qui concerne les informations relayées faisant état d'un délai d'une semaine consacré à l'inscription électorale et ciblant 70 mille électeurs, "cela reste une possibilité", a-t-il dit.
Le but de l'instance, étant d'inscrire le plus grand nombre de nouveaux électeurs représentant près de 2 millions de personnes, a souligné Bouasker, faisant état de l'urgence d'une "nouvelle intervention législative" qui permet l'inscription d'un maximum d'électeurs.

Des travaux préparatoires ont été concrètement entamés, a encore indiqué Bouasker. Ils consistent notamment en la publication de communiqués pour le recrutement d'agents d'inscription dans les IRIE à titre provisoire.

Sur un autre plan, le président de l'ISIE a appelé les membres du conseil de l'instance "à ne pas s'ingérer dans le travail administratif", rappelant que les dispositions amendant la loi de l'ISIE prévoient "de façon claire et définitive la séparation entre le travail du conseil qui supervise le processus électoral et celui de l'administration dont se charge le président de l'instance tout en étant assisté par un directeur exécutif".

La gestion administrative et financière est du ressort du président de l'instance qui est dans l'obligation d'assumer la responsabilité de ses décisions et de ses erreurs si elles existent, a relevé Bouasker.

L'obligation de réserve implique les membres du conseil de l'instance et son dispositif administratif, a tenu à préciser Bouasker en conclusion.
 Mohamed Tlili Mansri, membre de l'ISIE a indiqué que le conseil de l'instance réuni le 13 mai dernier a soumis, dans une correspondance officielle adressée au chef de l'Etat, quatre propositions concernant le calendrier électoral à la lumière desquelles devrait être publié le décret-loi relatif à l'amendement de la loi sur les élections et les référendums.