Mosaique FM

Les experts en faveur d'une 3e dose de vaccin, mais pas pour tous

vaccin

Les experts du monde médical se sont prononcés, hier vendredi, en faveur de l'administration d'une 3e dose du vaccin Pfizer à tous les Américains de plus de 65 ans ou à risque mais contre son injection à l'ensemble de la population, un revers pour le président Biden qui voulait lancer une campagne de rappel.

Après une journée de débats, ce comité consultatif de l'Agence américaine du médicament (FDA) composé des chercheurs, épidémiologistes, spécialistes des maladies infectieuses américains a rendu deux décisions.

Ces experts ont été unanimes sur la nécessité d'une troisième dose de vaccin pour les personnes âgées de 65 ans et plus, ainsi que pour les personnes présentant un risque élevé de développer une forme grave de la maladie, et ce six mois après la deuxième dose. Ils estiment que le personnel soignant doit être inclus dans ces personnes "à haut risque".

Mais ce panel a aussi fait part de ses inquiétudes quant aux possibles effets secondaires qu'engendrerait une dose additionnelle du vaccin si elle était administrée à l'ensemble de la population, surtout chez les plus jeunes. Elle s'oppose ainsi de facto à la grande campagne de rappel de l'administration Biden à destination des adultes.

Les scientifiques ont notamment mentionné des inquiétudes concernant les risques de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque, chez les jeunes adolescents et adultes masculins.

Les recommandations de ce comité ne sont pas contraignantes, mais il est très rare qu'elles ne soient pas respectées par les autorités.

"Je pense que cela devrait démontrer au grand public que les membres de ce comité sont indépendants de la FDA, et que nous avons bien notre mot à dire lorsqu'il nous est demandé de siéger", a déclaré l'une de ses membres, Archana Chatterjee. 

L'administration du président Joe Biden avait annoncé en août le lancement d'une campagne de rappel des vaccins anti-Covid pour tous les adultes américains ayant reçu leur deuxième dose huit mois auparavant à partir du 20 septembre.

Cette décision avait pris de court de nombreux experts.

La méfiance s'était invitée jusque dans les rangs de la FDA, qui avait publié un document teinté de prudence avant la réunion de vendredi.

"De façon générale, les données indiquent que les vaccins anti-Covid autorisés aux Etats-Unis confèrent toujours une protection contre les formes sévères du Covid-19 et la mort", assurait l'agence dans un rapport.

Top Matin

Top Matin

02:00 - 06:00

Le respect de votre vie privée est notre priorité

Nous utilisons des cookies et d'autres données pour fournir, maintenir et améliorer nos services et publicités. Si vous acceptez, nous personnaliserons le contenu et les annonces que vous voyez. Nous avons également des partenaires qui mesurent l'utilisation de nos services.

J' accepte