Royaume-Uni: Assouplissement des conditions d'entrée pour les vaccinés

Royaume-Uni: Assouplissement des conditions d'entrée pour les vaccinés

Le gouvernement britannique a annoncé, ce vendredi, un assouplissement des conditions d'entrée en Angleterre pour les voyageurs vaccinés.

A partir du 4 octobre, les voyageurs vaccinés à destination de l'Angleterre n'auront plus besoin d'effectuer un test, avant leur départ d'un pays qui ne figure pas sur la liste rouge, a tweeté le ministre des Transports Grant Shapps.

Puis fin octobre, le test PCR exigé au deuxième jour après l'arrivée sur le sol anglais sera remplacé par un test antigénique "moins coûteux", a-t-il précisé.

Les voyageurs testés positifs devront s'isoler et alors effectuer un test PCR de confirmation, sans coût supplémentaire, qui sera analysé pour identifier de nouveaux variants.

Le ministre des Transports a, également, annoncé que huit pays quittent la liste rouge, qui impose une coûteuse quarantaine à l'hôtel obligatoire pour 10 jours, parmi lesquels la Turquie, le Pakistan et les Maldives.

La liste orange va quant à elle disparaître.

En revanche, les voyageurs non-vaccinés de pays non classés en rouge devront subir des tests PCR, avant leur départ et aux deuxième et huitième jour après leur arrivée, avec la possibilité de faire un troisième test pour réduire la quarantaine de 10 jours.

Toujours à partir du 4 octobre, le gouvernement britannique reconnaîtra la vaccination de 17 pays et territoires supplémentaires, dont le Japon et Singapour.

Ces simplifications permettront à "davantage de personnes de voyager, de voir leurs proches ou de faire des affaires dans le monde entier, tout en donnant un coup de pouce à l'industrie du voyage", a fait valoir, Grant Shapps dans un communiqué.

Soulignant que huit adultes sur dix sont, entièrement, vaccinés au Royaume-Uni, "nous sommes maintenant en mesure d'introduire une structure actualisée proportionnée qui reflète le nouveau paysage", a-t-il ajouté.

Ces dispositions ne s'appliquent que pour l'Angleterre, mais les gouvernement locaux écossais, gallois et nord-irlandais ont généralement suivi les mêmes règles. Figurant parmi les pays les plus touchés, le Royaume-Uni déplore près de 135.000 morts depuis le début de la pandémie.

(AFP)