L’ARP approuve les mesures exceptionnelles

ARP

Réunie mardi en plénière, l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) a approuvé la décision relative au recours aux mesures exceptionnelles pour la continuité de l'action parlementaire avec 148 voix pour, une seule abstention et une seule objection.

Un accord a été trouvé entre les chefs de blocs parlementaires et les représentants des députés " indépendants " sur la version finale de la décision.

Parmi les amendements apportés, la réunion de la cellule de crise en cas de besoin, le report de l'examen du règlement intérieur du parlement après la fin de la période des mesures exceptionnelles et la possibilité de la présence de députés lors de la séance plénière qui sera consacrée au vote de confiance au nouveau gouvernement.

La décision dispose l'adoption de mesures nécessaires pour garantir la continuité du travail au parlement pendant un mois, renouvelable deux fois sur décision du bureau.

Pendant ladite période, la priorité sera accordée à l'examen des projets de loi et des questions prioritaires ou celles relatives au financement du budget et de l'économie.
La priorité sera, également, attribuée aux projets de loi et aux questions liées à la situation épidémiologique, économique et à la garantie de la continuité du travail des appareils de l'Etat.

La décision comporte, également, des mesures liées à l'organisation et au déroulement des séances plénières, les interventions des députés et les votes, les points d'ordre et à la possibilité d'organiser les réunions des structures du parlement à distance.

Peu avant l'aboutissement à un consensus lors de cette séance plénière, les réactions des élus de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) au sujet du recours aux mesures exceptionnelles relatives à la continuité de l'action parlementaire ont mis en lumière un important clivage entre pro-télétravail et anti-travail à distance.