L'Irak, le Koweït et l'Arabie saoudite enveloppés dans de la poussière

tempête de poussière

Des aéroports et les administrations publiques en Irak ont dû suspendre, ce lundi, leurs activités en raison d'une énième tempête de poussière, qui a déclenché des troubles respiratoires chez plus d'un millier de personnes avant de frapper le Koweït et l'Arabie saoudite voisins.

Au Koweït, l'aéroport international a suspendu ses vols. Et pour la deuxième fois en moins d'une semaine, l'épais nuage de poussière a couvert la capitale saoudienne Ryad et ses monuments emblématiques, à l'instar de la tour du Kingdom Centre. La défense civile saoudienne a averti que la tempête persisterait jusqu'à la nuit.

Depuis la mi-avril, l'Irak, l'un des cinq pays au monde les plus vulnérables aux effets du changement climatique selon l'ONU, a connu pas moins de neuf tempêtes de poussière et de sable.

Lundi à Bagdad, un nuage de poussière grisâtre a flotté au-dessus des rues quasi-désertes et libérées des habituels embouteillages. Au sud de la capitale, près de Najaf, les bergers et leurs troupeaux se sont retrouvés enveloppés dans un désormais familier halo orangé.

Plus d'un millier de personnes à travers l'Irak ont été soignées dans les hôpitaux pour des troubles respiratoires, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de la Santé, Seif al-Badr.

La tempête devrait se dissiper progressivement, selon les services météorologiques.

En raison "des mauvaises conditions climatiques et de l'arrivée de violentes tempêtes de poussière", le Premier ministre Moustafa al-Kazimi avait ordonné la fermeture des "institutions publiques" à l'exception notamment des départements sanitaires et des agences sécuritaires.

(AFP)