Mosaique FM

Le bitcoin, monnaie légale du Salvador: Une première mondiale

Le bitcoin, monnaie légale du Salvador: Une première mondiale

Le Salvador est devenu, ce mercredi, la première nation au monde à convertir le bitcoin en monnaie légale, un projet défendu par le président Nayib Bukele pour dynamiser la croissance de ce pays d'Amérique centrale.

Treize ans après sa création, c'est une nouvelle étape pour cette monnaie virtuelle, qui est pourtant régulièrement critiquée pour ses usages illégaux, même si des exemples récents ont montré que la transparence de son réseau pouvait aussi jouer contre les criminels.

"La loi sur le bitcoin vient d'être approuvée à la majorité qualifiée" par l'Assemblée législative, a twitté le président Bukele, après le vote, qualifiant d'historique cette décision.

Concrètement, dans ce petit pays où quatre personnes sur dix vivent dans la pauvreté, cette loi devrait permettre, à terme, d'utiliser le bitcoin pour de nombreux aspects de la vie quotidienne, de l'achat de biens immobiliers aux contributions fiscales.

Actuellement, la principale monnaie du Salvador est le dollar américain et la manière dont le pays envisage de mettre en œuvre le bitcoin comme monnaie fonctionnelle n'est pas claire.

Politiquement, cette décision est en tous les cas une façon pour le Salvador d'affirmer son indépendance vis-à-vis de la monnaie américaine.

Sur les 84 parlementaires du Congrès, 62 d'entre eux ont approuvé le projet de loi, proposé par le président la semaine passée.

La loi, qui ne contient que 16 articles, a été adoptée avec l'appui des alliés de Bukele, malgré le scepticisme de partis d'opposition qui ont refusé de la soutenir, critiquant la rapidité du vote.

AFP

 

Le respect de votre vie privée est notre priorité

Nous utilisons des cookies et d'autres données pour fournir, maintenir et améliorer nos services et publicités. Si vous acceptez, nous personnaliserons le contenu et les annonces que vous voyez. Nous avons également des partenaires qui mesurent l'utilisation de nos services.

J' accepte