Mosaique FM

Paris: Un extrémiste de droite abat un homme d'une balle dans la tête

Paris: Un homme tué par balle, un militant d’extrême droite arrêté

Un automobiliste, soupçonné d'avoir tué par balle à Paris, un homme au cours d'une rixe dans la nuit de vendredi à samedi, a été interpellé,  peu après les faits.

 

Les faits se sont déroulés sur le boulevard de Clichy, dans le XVIIIe arrondissement, au nord de la capitale.

Selon les premiers éléments de l'enquête, une bagarre opposait sur le terre-plein plusieurs personnes, quand un automobiliste a stoppé sa voiture pour aller à leur rencontre, a expliqué une seconde source policière.

L'un des participants à la rixe lui aurait intimé de "dégager". Le conducteur a alors sorti une arme et lui a tiré dans la tête avant de reprendre le volant, selon cette même source.

Les images de la vidéosurveillance ont permis à une équipe de la brigade anticriminalité de localiser la voiture qu'elle a  trouvée vide de tout occupant.

Un dispositif a été mis en place près du véhicule, jusqu'à ce que le suspect soit revenu, portant des valises.

A la vue des policiers, l'homme a sorti de nouveau son arme et une course-poursuite s'est engagée à pied, avant qu'il finisse par se laisser interpeller sans avoir tiré.

Il a été placé en garde à vue et une enquête de flagrance pour meurtre a été ouverte. Elle a été confiée au 2e district de la police judiciaire parisienne, selon le parquet de Paris.

D'après une seconde source policière, l'homme est un adepte des thèses complotistes et antisémites. Une femme, qui s'est présentée comme étant sa compagne, a également été interpellée mais n'a pas été placée en garde à vue.

D'ultra-droite, complotiste, antisémite

Selon des informations, confirmées par la police, Martial Lanoir, 50 ans, auteur présumé de l'homicide, est connu des services de police et de la justice. Il faisait aussi l'objet d'une fiche de recherche pour une peine non effectuée. En effet, il avait été condamné en mars 2021, en comparution immédiate, à 140 heures de travail d'intérêt général, 2 mois de prison avec sursis et 18 mois de mise à l'épreuve pour incitation à l'insurrection. Sur le plateau de Touche pas à mon poste, animé par Cyril Hannouna, il avait tenu des propos virulents.

AFP

Le respect de votre vie privée est notre priorité

Nous utilisons des cookies et d'autres données pour fournir, maintenir et améliorer nos services et publicités. Si vous acceptez, nous personnaliserons le contenu et les annonces que vous voyez. Nous avons également des partenaires qui mesurent l'utilisation de nos services.

J' accepte