Publicité
Actualités National

La lettre d’un universitaire au président de la république

18 Janvier 2020 18:10

Kais Mabrouk, universitaire et chercheur a adressé une lettre au président de la république, via le site de Mosaïque FM.
Lettre à Son Excellence M. le Président de la République Tunisienne,

Monsieur Le Président de la République,

Demain vous devez choisir ou pas une personnalité que vous chargerez de constituer un gouvernement qui conduira le pays. Une personnalité censée être respectable et honorable. Comme le stipule la constitution, il serait le plus apte à mener à bien la politique nationale. Une politique que peinent nos politiciens à identifier.

Le plus important, c'est que demain la Tunisie pourrait prendre un tournant positif et constructif. Demain, la Tunisie pourrait écrire une belle nouvelle page dans son histoire. Demain, pourrait-être le début du meilleur.

J'ai aimé avec quelle subtilité artistique vous avez pris votre café au cœur de la cité la plus pauvre de Tunis. Calmement, sereinement et paisiblement pendant que l'ensemble des politiciens bouillonnaient leurs "neurones" en faisant des calculs d’apothicaire pour présager votre futur choix imprédictible. 

Le processus, entamé par les partis dans la désignation de leurs élus, était abracadabrantesque ! Beaucoup d'entre eux ont instauré des critères exceptionnels que je cite : économiste, connaître les rouages de l'Etat et avoir des relations intérieures et extérieures. Ils oublient qu'un économiste est, par définition, un passéiste alors qu'il est question de futur. Celui qui connaît les rouages de l'Etat connaît ses vices. Enfin, le plus en connivence avec l'extérieur est double.

La vision, l’intégrité, l'impartialité et l'absence de conflit d'intérêt auraient dû être les ultimes critères. Personne ne devient Chef du gouvernement par expérience, ni Président de la République d'ailleurs. Néanmoins, la clarté, la propreté et la clairvoyance n'ont jamais été de leurs adages. Comme disaient, les ancêtres Arabes : Nul ne peut donner ce qu'il n'a jamais eu. 

Monsieur Le Président de République, notez que l’histoire de notre pays, depuis nos ancêtres les carthaginois, est malheureusement celle des occasions manquées. Très souvent à cause de la corruption, intellectuelle particulièrement, de nos élites mais surtout du laxisme de l'ensemble.

Vous avez en main une chance unique de changer le cours des événements. Dimanche, soit nous rentrons dans l'histoire, soit vous serez un nième Président de la République comme nous en avons connu et comme nous en connaîtrons beaucoup prochainement.

Vive la République,
Gloire à Carthage !
Kaïs MABROUK

Citoyen
 

0 Commentaires

 

Voir plus

Un nouveau trophée pour la Coupe de Tunisie

23 Septembre 2020 19:10
Des sources ont confié à Mosaïque FM que la Fédération tunisienne de football est en train de ...

Conseillers à la Kasbah: Saïed s'y oppose (Vidéos)

23 Septembre 2020 18:35
Kaïs Saïed, président de la République a assuré lors de sa rencontre ce mercredi 23 septembre ...

Mohamed Yassine Jelassi, nouveau président du SNJT

23 Septembre 2020 18:12
Mohamed Yassine Jelassi, nouveau président du SNJT

La météo du jeudi 24 septembre 2020

23 Septembre 2020 18:09
Le temps sera ce jeudi 24 septembre 2020 partiellement voilé sur l'ensemble du pays.

Nomination d'un directeur des services des renseignements au MI

23 Septembre 2020 17:09
Nomination d'un directeur des services des renseignements au MI

Coronavirus: Suspension des cours à l'école de Douar Hicher

23 Septembre 2020 14:18
Les cours ont été suspendus ce mercredi 23 septembre 2020 à l'école primaire Cheker 2, ...

Ben Alaya: Le retour au confinement général n'est pas d'actualité (Vidéos)

23 Septembre 2020 12:19
Ben Alaya: Le retour au confinement général n'est pas d'actualité

Appel à un plan de sauvetage pour le Groupe Chimique

23 Septembre 2020 11:13
Le secrétaire général du Groupe Chimique, Nawel Abbassi a déclaré lors de la marche ...

Coronavirus : 1219 nouvelles contaminations en deux jours (Vidéos)

23 Septembre 2020 11:04
La directrice de l'Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, Nissaf Ben ...
Commentaires