Snoussi: De vraies lois pour éviter les dérives médiatiques

Snoussi

Hichem Snoussi, membre de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA), est revenu, aujourd'hui dans Midi Show, sur le rapport élaboré sur le pluralisme politique dans les médias audiovisuels, après le 25 juillet.

Snoussi a expliqué qu'une "grande confusion" a été observée dans les médias publics et privés, évoquant, comme exemple, l'"esquive" de certains médias qui ont occulté la couverture des événements du 25 juillet.

"Ce qui s'est passé dans les médias est l'une des conséquences de 10 ans d'ingérence politique (...) La réponse à cela doit passer par la création de l'Instance constitutionnelle de l'audiovisuel et l'ouverture au dialogue, au partenariat et à des séminaires nationaux pour débattre de la question des médias, en particulier dans leur rapport au politique", a-t-il estimé.

Par ailleurs, le membre de la HAICA a critiqué les relations directes de certaines institutions avec la politique et les politiciens, soulignant qu'un rapport sera publié prochainement sur ce dossier.

Et d'ajouter: "Le problème est que la réaction après le 25 juillet a montré que les dix dernières années n'ont pas permis l'instauration de coutumes démocratiques dans la presse (...) On n'en impute pas la responsabilité seulement aux journalistes, mais à tout le réseau médiatique et aux propriétaires des organes".

Hichem Snoussi a assuré qu’une réglementation législative et de vraies lois qui mettent les médias sur les rails, sont nécessaires.

"Aujourd'hui, la présidence de la République est tenue d'expliquer à quoi ressembleront les médias, dans la prochaine étape'', a-t-il conclu.