La Banque mondiale prévoit un ralentissement de l'économie en Tunisie

La Banque mondiale prévoit un ralentissement de l'économie en Tunisie

La Banque mondiale a prévu un ralentissement de la croissance économique locale en Tunisie, durant toute l'année 2021, dans un contexte d'inquiétude grandissante concernant les taux de chômage élevés sur le marché du travail local.

Dans le rapport "Conjecture économique pour la Tunisie, hiver 2022", publié lundi, la Banque a déclaré que le taux de chômage élevé est un fardeau pour toute reprise économique du pays.

La Banque a estimé la croissance de l'économie locale à 3 % au cours de l'année écoulée (dans la mesure où les données définitives n'ont pas encore été publiées), contre une contraction de plus de 8 % en 2020, ce qui signifie que l’objectif d'un retour aux niveaux de 2019 demeure est encore éloigné.

Au troisième trimestre de 2021 le taux de chômage a augmenté de 15,1 % à 18,4 %, ce "taux est particulièrement élevé pour les jeunes, les femmes et les habitants de l’Ouest du pays", selon le rapport.

La Banque mondiale a appelé à des réformes structurelles décisives et à l'amélioration du climat des affaires dans l'économie tunisienne, afin qu'elle puisse s'engager sur une voie de croissance plus durable et créer des opportunités d'emploi pour les jeunes tunisiens de plus en plus nombreux.

La Tunisie est confrontée à des défis économiques majeurs, depuis que le Président Kaïs Saïed a annoncé des mesures exceptionnelles en juillet 2021, dont notamment le gel du Parlement et la destitution du gouvernement, des mesures qui ont été rejetées par certains partis politiques locaux et soutenues par d'autres.

Le déficit budgétaire de la Tunisie a atteint les 7,6 % du PIB en 2021, et devrait tourner autour des 5 % et 7 % du PIB en 2022-2023.

Cette baisse se doit aux prévisions d'une baisse des dépenses dans le secteur de la santé, "à condition que la trajectoire modérément positive des dépenses et des recettes soit maintenue".

Cependant, le même rapport indique qu'il sera difficile de financer le remboursement de la dette publique croissante de la Tunisie, à moins que des réformes publiques et économiques décisives ne soient engagées.

La Tunisie se dirige vers une nouvelle expérience de réforme économique avec le Fonds monétaire international, cette année, pour obtenir un nouveau prêt de 4 milliards de dollars. 

(Anadolu )