Menu
  Mondial Qatar 2022

Violences et vandalisme dans les stades... Quelles solutions ?

"La lutte contre la violence et le vandalisme dans les stades" est le thème d'une conférence nationale, organisée ce mercredi à Tunis, par le ministère de la Jeunesse et du Sport, en partenariat avec le ministère de l'Intérieur.

A cette occasion, le ministre de la Jeunesse et du Sport, Kamel Deguiche, a fait savoir que le volume des pertes accusées, en raison des actes de vandalismes dans les environs des structures sportives, relevant de la cité olympique de Radès, a dépassé les 1.240 millions de dinars.

Deguiche a fait état d'un phénomène qui s'amplifie, formulant le souhait que l'actuelle conférence nationale sur le thème puisse aider à trouver les solutions efficaces et adéquates.

Selon le ministre, ladite conférence est venue couronner les travaux de plusieurs commissions qui se sont longuement attelées au problème, afin de présenter des recommandations à prendre en compte pour la mise en place d'un plan d'action, en matière de lutte contre la violence.

"Les valeurs de tolérance et de paix sociale qui caractérisent le citoyen tunisien, sont aujourd'hui menacées, face au phénomène de violence et des comportements irresponsables d'une certaine catégorie de supporters, à l'intérieur des stades", a-t-il encore souligné, indiquant que la nouvelle législation du sport qui entrera bientôt en vigueur accorde une grande importance à la prévention des causes, à l'origine de la violence.

Pour Kamel Deguiche, les victimes de ces actes appartiennent à toutes les parties intervenantes dans le sport, à savoir sécuritaires, joueurs, arbitres, dirigeants... et que le phénomène requiert des solutions pérennes qui s'inspirent des expériences ayant fait leurs preuves.

De son côté, l'inspecteur général au ministère de l'Intérieur , Mohamed Guezzah, a expliqué que le fait que le département permet la présence des supporters à hauteur de 50%, émane de son souci de ne pas priver les clubs de l'apport matériel de la billetterie.

Guezzah a assuré que son département a pris l'initiative, conjointement avec le ministère de la Jeunesse et du Sport, de lancer un dialogue avec toutes les parties concernées, afin de trouver des solutions à la violence dans les stades, dont quelque 110 sécuritaires ont été les victimes, jusqu'au 10 septembre en cours.

(TAP)