Menu

Affaire Belgacem : Interdiction de la couverture médiatique

Des sources bien informées ont confié à Mosaïque FM, ce lundi 16 mai 2022, que le juge d'instruction auprès du Tribunal de première instance de l'Ariana, chargé de l'affaire du "charlatan des quatre vérités", a émis une décision pour interdire la diffusion de tout contenu audio-visuel ou écrit sur les réseaux sociaux, pouvant nuire à l'image de la femme tunisienne et ce, en vertu de l'article 11 de la loi n°58 datant du 11 août 2014, portant lutte contre la violence à l'égard des femmes.

Le ministère public sera chargé de prendre les mesures judiciaires adéquates, en cas de non respect de cette décision.

Ci-après l'article 11 de la loi susmentionnée :

Les médias publics et privés procèdent à la sensibilisation aux dangers de la violence à l'égard des femmes et aux méthodes de lutte et de prévention contre cette violence et veillent à former le personnel opérant dans le domaine médiatique pour faire face à la violence à l'égard des femmes, dans le respect de l'éthique professionnelle, des droits de l'Homme et de l'égalité.

Sont interdites la publicité et la diffusion, par tous moyens et supports médiatiques, des matières contenant des images stéréotypées, scènes, paroles, ou actes préjudiciables à l'image des femmes, ou concrétisant la violence exercée contre elles ou atténuant sa gravité.

La haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle doit prendre les mesures et les sanctions, prévues par la loi, pour lutter contre les violations mentionnées dans le paragraphe précédent du présent article.